Plus rien ne compte sinon les minutes qui s’égrainent sur le lit de mon ennui

Le sommeil est mon salut

Le soleil une statue qui me renvoie aux jours passés

Je cherche les mots à perdre haleine

Laisse moi donc purger ma peine

Ô fantôme de l’irréel

Je me délecte de ces instants qui me sont propres et me soutiennent

Encouragements du côté sombre

Parce que l’amour a fait ses preuves

Plus rien ne dure sinon l’épreuve

D’une gravité sans conséquence

***

Explorer les ténèbres d’une main de fer

Tonnerre de dieu j’ai les entrailles qui refleurissent

Par l’écriture et ses complices

Ma solitude me rend service

A travers elle je me sens vivre

Impunément sans faux semblant je lui confie mes doutes

Elle ne parle pas et je l’écoute

Elle est patiente le temps s’arrête

Quelques nuages ici et là

Nature profonde que rien ne change

Sinon l’inertie du quotidien

***

Laisse moi mon errance

Foule bruyante et impassible

Je t’aime comme cela car tu me laisses en paix

Je file le mauvais coton de mes heures sombres pour en faire un habit de lumière

Vos étoffes son le reflet de votre âme

Chic et bon marché

Paraître sans avoir été

***

Le partage viendra plus tard

Quand la source de mon ennui sera tarie

Au bord du puits je me lèverai

Je t’inviterai à mes côtés pour recevoir et accepter

Tes doléances et tes projets

Ne m’en veux pas

Je vis tapi

 

©Monsieur6000 – 26 juin 2016