Le diagnostic de la capacité locative ou DCL : que faut-il savoir ?

Si vous envisagez de mettre en location votre logement, il est très probable que vous ayez déjà rencontré le thème ‘’ capacité locative’’. En tant que propriétaire bailleur, vous devez comprendre ce paramètre financier, car il garantit la solvabilité de votre futur locataire. Le diagnostic de la capacité locative du candidat locataire doit faire l’objet d’une attention particulière avant de formaliser votre engagement par la signature d’un bail. Il est en effet préférable de s’assurer dès le début que votre locataire présente des garanties de paiement solides, évitant ainsi d’entamer ultérieurement des procédures d’expulsion délicates.

La solvabilité d’un locataire, qu’est-ce que c’est ?

Le diagnostic de la capacité locative ou DCL vous permet de comparer plusieurs dossiers de candidats à la location en prenant en considération leurs aspects financiers, particulièrement si vous envisagez de souscrire à une assurance GLI. Il s’agit d’un calcul qui vous offre une vision globale du montant maximal que le locataire est en mesure de consacrer au paiement du loyer. Il prend en compte les exigences de revenus de votre assureur ainsi que les vôtres : généralement basé sur le principe qu’un locataire disposant d’un revenu équivalent ou supérieur à 3 fois le montant du loyer est éligible.

Le DCL du point de vue du locataire

 La réalisation du diagnostic de capacité locative est un outil établi par CheckandRent et en collaboration avec les banques. Elle vise à évaluer la capacité du locataire à honorer ses engagements financiers. Ce document augmente considérablement les chances d’acceptation d’un dossier. Il est très important d’être en mesure de répondre aux exigences des bailleurs et des propriétaires en fournissant des informations rassurantes et certifiées. Le diagnostic de la capacité locative confirme votre stabilité financière au propriétaire, accroissant significativement vos chances d’obtenir le logement que vous souhaitez tant.

 Dans les grandes métropoles telles que Paris, Lille ou Lyon, où la concurrence entre locataires est souvent particulièrement intense, le diagnostic de capacité locative se révèle être l’outil de validation des revenus dont on ne peut se passer. Grâce à lui, vous pourrez optimiser vos démarches et négociations avec les propriétaires, vous positionnant en tant que candidat rassurant sur le plan de la solvabilité. Un aspect non négligeable !

Jauger le candidat à la location

Pour garantir la solvabilité d’un candidat locataire, l’examen de sa stabilité professionnelle est essentiel. Le type de contrat de travail influence grandement votre confiance quant à sa capacité à honorer ses obligations financières locatives. Il faut savoir qu’un CDI est bien plus rassurant qu’un CDD ou un statut d’intérimaire. Le secteur d’activité et l’ancienneté dans l’entreprise sont également des facteurs à considérer, car la stabilité varie selon la conjoncture économique.

Malgré des revenus élevés, vous n’avez pas la garantie que le locataire sera solvable. La régularité de ces derniers est très importante pour couvrir les charges mensuelles et assurer la pérennité du bail. Vérifier l’emploi déclaré et contacter le propriétaire actuel sont des démarches légitimes, mais exiger des pièces sensibles est totalement interdit.